fr Transport et jumelage avec Tuttlingen

Brochure communale de Bex / 2020-2022

Editorial

edito_sommaire

Bienvenue

bienvenue_sommaire

Administration communale

admin_sommaire

Autorités

muni_sommaire

Santé, police et urgences

police_sommaire

Ecoles, formation, jeunesse et social

ecole_sommaire

Petite enfance, intégration

petite_sommaire

Adresses utiles

adresse_sommaire

Bex officiel

Transport et jumelage avec Tuttlingen

bex_officiel_sommaire

Bex officiel

Mine de sel

bex_officiel_mine

Bex officiel

Sociétés locales, location des salles et bois de feu

bex_officiel_domaine

Bex officiel

Ordures ménagères

bex_officiel_dechets_sommaire

Répertoire des annonceurs

bex_officiel_annonceurs_sommaire

Bienvenue à Bex

TRANSPORTS

 

CARTE JOURNALIÈRE CFF

Un moyen avantageux de voyager dans toute la Suisse (trains, bus, bateaux): CHF 40.– par jour.

 

Bénéficiaires

Toutes les personnes légalement domiciliées sur le territoire de la commune de Bex peuvent bénéficier des cartes journalières mises à disposition par l’Administration communale (il n’est pas nécessaire de posséder un abonnement CFF demi-tarif).

Le coût des billets demandés et retirés le jour même de leur validité (last minute) est réduit à CHF 20.– par carte. Les personnes domiciliées hors commune y ont accès, sauf le week-end et les jours fériés.

 

Principe

Il s’agit de cartes journalières datées. Elles sont valables uniquement à la date indiquée sur la carte. Elles peuvent être détruites après utilisation.

 

Réservation et retrait de la carte journalière

La réservation s’effectue auprès du Bureau des locations ou au guichet de la Bourse communale durant les heures d’ouverture des bureaux.

 


JUMELAGE AVEC TUTTLINGEN

 

C’est un pur hasard qui est à l’origine du jumelage entre Bex et la ville allemande de Tuttlingen, sur les bords du Danube, dans le Bade-Wurtemberg, en Allemagne, à une cinquantaine de kilomètres au nord de Schaffhouse. En 1958, René-Albert Houriet, alors directeur des écoles de Bex, rencontre Rudolf Gauger, directeur du gymnase de Tuttlingen; ils parlent de contacts linguistiques, d’échanges scolaires. Le projet se concrétise moins d’une année plus tard: une classe vaudoise se rend en Souabe, tandis qu’une classe allemande visite le Chablais. En outre, chaque année, une classe de jeunes Bellerins est reçue trois jours durant par des familles de Tuttlingen; ces dernières envoient à leur tour, quelques semaines plus tard, un enfant à Bex, sous la conduite d’un maître. Ainsi, plusieurs centaines d’écoliers des deux pays ont appris à connaître et aimer une région qu’ils ne connaissaient pas.

A la Pentecôte 1978, après vingt ans d’échanges scolaires, le bourgmestre Walter Balz et le syndic Aimé Desarzens décident de proposer à leur législatif respectif le jumelage des deux cités. C’est fait en septembre de la même année en Allemagne et huit mois plus tard en Suisse. On est toujours un peu plus lent de ce côté-ci du Rhin! Ce qui fait écrire à la presse souabe, lors de la première visite des autorités bellerines, en juin 1979: «Elles ont mis du temps à venir, mais enfin elles sont venues!» Depuis lors, les échanges se sont multipliés. Pas une semaine, pas un jour sans que l’union entre les deux villes soit évoquée. Les sociétés sportives ou culturelles, les jeunes et les moins jeunes se succèdent sur les bords du Danube ou sur ceux de la rivière Avançon, prouvant, mieux que des mots, la vigueur des liens et l’arbitraire des barrières.

 

Tuttlingen, c’est le centre économique du Haut-Danube, une ville à la campagne, tout imprégnée d’histoire. Son nom est mentionné pour la première fois dans un document écrit il y a 1200 ans et elle a le statut de ville depuis le XIVe siècle, cinquante ans après l’union des Waldstaetten, qui marque la naissance de la Suisse. La cité a été entièrement reconstruite après l’incendie de 1803, ce qui explique ses rues tirées au cordeau, un peu comme celles de La Chaux-de-Fonds. Elle est le chef-lieu d’un arrondissement de 35’000 habitants, cinq fois la population actuelle de Bex.

 

Tuttlingen est le siège de la société Aesculap et, de ce fait, un des centres mondiaux des techniques médicales. Du scalpel le plus simple aux appareils d’endoscopie et de chirurgie les plus élaborés en passant par les prothèses de toute nature, les produits fabriqués dans cet endroit de l’extrême sud de l’Allemagne sont utilisés dans les hôpitaux et chez les praticiens du monde entier. La présence de cette industrie explique aussi l’aisance économique de la région.

 

La nature est superbe. Le Danube, deuxième fleuve européen, transperce le Jura souabe et forme une vallée au romantisme puissant, couronnée de châteaux, et aux parois vertigineuses. Promenades et randonnées sont innombrables et souvent praticables à ski de

fond en hiver.

 

Pour ce qui a trait aux loisirs, les habitants de Tuttlingen sont réputés pour leur aptitude à organiser des fêtes. Les Bellerins peuvent en parler en connaissance de cause...

 

Tiré du livre de Bex (édition 1994), selon un texte rédigé par D. Lenherr

 

www.tuttlingen.de